Votre (très prochaine) campagne électorale des #municipales2020 avec ou sans une solution numérique ?

Tracter dans les boîtes aux lettres, une stratégie efficace ?

De nombreuses équipes avec qui nous discutons comprennent sans difficulté les très fortes valeurs ajoutées d’une solution numérique pour analyser leur territoire politique, construire les meilleures stratégies électorales et mobiliser les électeurs en leur faveur. D’autres, dont il ne s’agit ici en aucune façon de les critiquer, nous expliquent qu’ils ont l’habitude de faire des campagnes en mode « traditionnel » et donc pourquoi alors changer ses pratiques.

Le passage au numérique dans la gestion des campagnes électorales suscite des appréhensions qui peuvent apparaître comme parfaitement légitimes. Si ces dernières fonctionnaient avant ainsi, pourquoi changer. Et puis l’image renvoyée par une équipe qui utiliserait une telle solution n’est-elle pas ternie par le recours aux données, au ciblage et la construction rationnelle de stratégies électorales qui reposent sur l’analyses plutôt que sur la mobilisation par des idées. Enfin, une équipe de campagne c’est avant toute chose des bénévoles, des militants et quelques professionnels de la chose qui essayent de mettre en œuvre souvent assez intuitivement quelques stratégie souvent réduites sur un territoire politique.

Le temps est une ressource indispensable dans une campagne électorale.

Malheureusement les temps changent et quelques questions pertinentes permettent de penser que s’abstenir de recourir à une solution de ce type est un mauvais calcul. Songez un instant aux questions suivantes et au temps que vous perdez et aux ressources que vous mobilisez en vain (temps, moyens financiers et bonne volonté des membres de votre équipe).

Si vous souhaitez mobiliser des électeurs, il est important de connaître leurs comportements passés sur les différents bureaux de vote, où sont-ils depuis les dernières échéances électorales ? Comment pouvez-vous disposer rapidement des données des différents bureaux de vote sur lesquels il est possible d’observer une diminution du nombre d’inscrits, d’exprimés, de votants et une augmentation de l’abstention ? Qui va s’occuper de cette tâche alors que la campagne est déjà commencée ?

Quels bureaux vous sont plutôt favorables et ceux pour lesquels il est peu probable que des électeurs puissent se mobiliser pour ma candidature et mon équipe ? Quels sont les profils des électeurs par quartier, par bureau de vote ?

Comment calculer rapidement les projections des voix possibles en fonction des résultats antérieurs sur chaque bureau de vote ? Comment calculer les possibles reports de voix entre les deux tours ?

Stratégies qui reposent sur l’âge des habitants et des électeurs.

Si vous souhaitez tout simplement pouvoir comparer les électeurs inscrits par âge et par sexe par bureau de vote avec le potentiel de citoyens qui pourraient être inscrits et surtout ceux qui ne le sont pas, comment pouvez-vous alors le mesurer sur chaque bureau de vote ? Il vous serait sûrement utile de pouvoir cibler par âge, sexe, diplôme, ancienneté de résidence, catégories socioprofessionnelles, les électeurs potentiels sur chacun des bureaux de vote de votre territoire politique. Peu de chance qu’un tableur vous permettra de construire ce type de calculs.

Pourquoi limiter ses actions sur quelques stratégies électorales ? Une solution numérique permet de multiplier les stratégies et la mobilisation des réservoirs de citoyens à inscrire, à les mobiliser électoralement et à les convaincre politiquement de voter pour vous.

Vous vous lancez dans du porte-à-porte, des réunions d’appartements, des réunions publiques et vous essayez de faire individuellement le lien avec les électeurs. Comment conserver, entretenir ces liens et répondre efficacement à leurs attentes et leurs préoccupations sans vous ruiner en termes de communication traditionnelle ?

Aucun texte alternatif pour cette image
Mobiliser les électeurs avec les bons outils.

Opérations « boîtage », 
« tractage », réunions publiques en ayant recours aux tracts, flyers, lettres et toute autre forme de communication papier sont aujourd’hui un vrai gâchis à la fois financier et écologique. Au mieux 3 tracts sur 10 sont lus quand ils sont déposés dans une boîte aux lettres. En diffusion publique, au mieux vos militants et bénévoles repartent avec la moitié des documents qu’ils avaient prévus de distribuer. Inutile de préciser qu’en fin de campagne, si vous vous amusez à fouiller les poubelles du lieu de l’opération, vous risquez bien de trouver dans leur fond vos dépenses de campagne. Qui n’a pas trouvé à la fermeture du local de campagne des tracts qui serviront l’hiver prochain à allumer les cheminées ou les derniers barbecues pour réunir une dernière fois l’équipe de campagne.

Et tout ce travail effectué par votre équipe que devient-il une fois la campagne terminée que vous soyez gagnant ou perdant ? Qui aura gardé les traces de toutes les stratégies, les actions qui ont permis la victoire mais aussi celles qui n’étaient pas gagnantes et que vous commencerez à nouveau peut-être aux prochaines élections. Une solution numérique c’est aussi la mémoire de ce travail collectif, ce d’autant que cette solution dispose des outils pour gouverner et organiser votre équipe.

Laisser un commentaire